Aller au contenu
Suis-je une mauvaise mère?
imported-fr

Suis-je une mauvaise mère?

This content is outdated, we are currently working on updating it!

Toutes les mamans se sont un jour posées cette question: « Suis-je une mauvaise mère? » Cette question peut paraitre banale mais l’est-elle vraiment ? Dès lors

que l’on n’est pas telle que la société nous l’impose, nous sommes une « 
mauvaise »
mère
. La plupart des mères se sentent responsables des situations difficiles

que vivent parfois leurs enfants ou culpabilisent de voir son enfant faire un

caprice. Ces réactions sont normales, no

stress ! Je vais vous faire un petit tour d’horizon de ce que j’entends

depuis des années… Je pense que cela va vous faire sourire pour le reste de votre

journée.

Maman de deux enfants âgés de 6ans et 4ans, je maîtrise le

sujet. Croyez-moi ! Je suis loin d’être loin
la maman parfaite et

devinez-quoi ? Je le revendique grande folle que je suis ! Non, je ne

me lève pas en même temps que mes enfants le week-end,  je prends du temps pour moi, je ne me sens

pas coupable de les laisser à la cantine ou à la garderie et non, je n’ai pas

une patience monumentale et alors ? Tout cela fait-il de moi une mère

indigne ? 
Par choix, j’ai décidé de
ne pas allaiter mes enfants. Si

vous saviez tout ce que l’on a pu me dire. Le pire a été le regard accusateur

de la sage-femme à la maternité ! Whaaat ? It’s impossible !Hey,

jeune fille, on va se détendre, c’est MA fille !Je ne voulais pas avoir un

bébé accroché à mon sein H24 ! C’est mon droit, non ? Mes enfants

s’en portent très bien et je n’ai jamais eu de regrets. Je pars du principe que

chacune fait ce qu’elle veut du moment que son enfant est en bonne santé et

bien éduqué. 
Mes enfants sont sages et savent se tenir en public mais

lorsque j’entends : «Tu as de la chance, ils sont sages». Ils

ne sont pas nés comme ça ! Certes, mon cadet est un petit garçon très

sensible et assez zen mais je travaille à longueur de journée pour qu’ils

soient
sages et polis. Or, quand je gronde l’un d’entre eux, on me rétorque :

«Tu devrais le laisser, le pauvre»… Mais vous êtes bien contents

qu’il sache se tenir en public ? Alors, laissez-moi faire ce que je veux

et être la
mauvaise mère que vous décrivez. Les gens ne cesseront jamais de

juger.
La société nous rend «mauvaise» ou «indigne».

Or, je sais ce que je fais et pourquoi je le fais.
Il m’arrive de sortir et d’aller me divertir. Certaines

personnes sont outrées par le fait que je laisse mes enfants. Oui, j’ai
une vie
en dehors de la maison
. Pour autant mes enfants sont en bonne santé, obéissants

et polis. Un autre fait incroyable :
ils sont heureux ! Quand je

pars, ils ont leur moment avec leur papa, leur tata ou encore leur mamie. C’est

un
moment de décompression qu’ils apprécient. Mais que se passerait-il si je ne

décrochais pas ? Si je ne m’accordais pas du temps ? Ces personnes se

sont-elles posées ces questions ? Je ne peux concevoir que l’on mette sa

vie entre parenthèses pour ses enfants. Ce n’est que mon avis mais il est

important de ne pas oublier que nous sommes des mères ET des femmes. 
«Mais dis donc, tu les as fait rapprocher. Ils

vont en souffrir.» Encore une
réflexion inutile et totalement déplacée.

Je fais ce que je veux ! Mes enfants sont très complices et c’était le but.

Aucun ne se sent délaisser et cela n’arrivera pas. Promis 😉 
Je ne réponds pas à leurs moindres demandes et encore moins à


leurs caprices. J’ose leur dire non quand cela est nécessaire et plutôt deux

fois qu’une. D’ailleurs, tout comme nous sommes
imparfaites, nos enfants le

sont. Il faut accepter d’avoir à leur montrer le bon chemin. Je suis


intransigeante sur les horaires. D’ailleurs, on m’a souvent reproché cela. Mes

enfants se couchent à 20h et ça ne changera pas. Je
respecte leur rythme et

cela me permet de passer une soirée tranquille. Faut-il que j’ai honte ?

Une nouvelle fois, je vous assure que mes enfants sont très épanouis ainsi. Ils

se lèvent sans broncher, ils sont reposés et vont à l’école en forme. Oui, je

donne des punitions, oui je crie, oui je m’énerve et alors ? J’ai appris à

me
pardonner mes excès émotionnels et à leur pardonner les leurs. 
Rassurez-vous, je les couvre de câlins et de bisous. Je les

aime plus que tout et je suis terriblement fière d’eux. 
Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise mère. Il y a tout plein

de mamans qui chérissent et aiment leurs enfants de tout cœur. Certes, nous ne

partageons pas toutes le même avis, nous n’avons pas la même vision des choses

mais revenez dans 15 ans et on en reparlera. En conclusion,
ne doutez jamais de
vous en tant que maman
. Si votre enfant en est là, c’est uniquement grâce à

vous. Votre enfant gardera en mémoire tous les
bons moments partagés,
l’amour
que vous lui avez apporté et l’éducation que vous lui avez donné
. C’est bien ça

l’essentiel ?